Granbordenuy – Verbier 4 Vallées 2018

Lors de la 50e édition du Granbordenuy Verbier 4 vallées, le club a instauré un classement à la distance compensée. Une réussite.

La formule instaurée, fruit de maintes cogitations, a parfaitement fonctionné. Et c’est d’autant plus remarquable qu’il s’agissait, d’une première mondiale : le classement à la distance compensée.
Le CNM a innové en convertissant le temps compensé en distance compensée. Est-ce clair ?
Cela ne peut en tout cas pas être plus sombre que le ciel qui est tombé sur la tête des 35 équipages à l’heure du départ de ce Granbordenuy. On savait qu’un coup de tonnerre était annonciateur d’orage. On sait désormais que le coup de canon du starter du CNM peut avoir des effets similaires : c’est sous une trombe d’eau – qui n’a hélas pas épargné le journaliste de service! – qu’a été donné ce départ précédé de celui des 12 multicoques engagés dans le Grand Prix M2 de Morges.
Par la suite, fort heureusement, le ciel s’est montré plus clément et c’est même au clair de la lune, qu’avec ou sans l’ami Pierrot, s’est achevée la régate. Il était minuit et demi. Les GPS embarqués ont alors indiqué la distance parcourue par chaque bateau, ainsi tous les participants sont classés en distance réelle et en distance compensée.
Entre la baie de Morges et le radiophare de Saint-Prex, le plus rapide, « Pétrel » à Michael Wettstein, a parcouru 46’457 mètres en réalisant plus de trois tours. Il gagne le challenge du Granbordenuy Verbier 4 vallées 2018 pour le classement en distance réelle. Pour le classement en distance compensée, son coefficient élevé ramène à 31’242 mètres la distance parcourue le relègue à la 24e place du classement. Alors que Bernard Borter, arrivé 2e (45’777 mètres) s’impose à la distance compensée (41’129 mètres). A signaler la magnifique performance de Laurent Potterat qui a couvert 38’504 mètres à bord d’un Surprise, ce qui coïncide à la distance compensée en raison d’un coefficient de 1,000 pour les voiliers de cette série.
« L’objectif est que tous les équipages se retrouvent pour une pasta party à l’issue de la régate, explique le président du comité de course, et les navigateurs ne veulent plus passer toute une nuit sur l’eau. Auparavant, nous devions arrêter les voiliers les plus rapides vers 22 heures alors que les plus lents terminaient à 1 heure du matin. Et certains n’étaient pas classés parce que hors délais. »
Ce fut une très belle régate dont la nouvelle formule semble convenir à la majorité des participants.

Extraits du texte du journaliste Gilbert Hermann, remaniés par E. Borgatta avec son accord.

M2- Verbier 4 Vallées 2018

Victoire morgienne au Granbordenuy des M2
En marge de leur Grand Prix de Morges, les M2 ont participé, eux aussi, au Granbordenuy. Mais leur pensum se limitait à couvrir une fois la boucle entre la baie morgienne et le radiophare de Saint-Prex. Ça été rapidement « poutsé ». Et c’est l’équipage morgien composé de Loïc Preitner, par ailleurs membre du comité du Club nautique morgien, Yannick Preitner, Félix Oberle et Yves Mauroux qui s’est imposé à
bord du « Valruz Création ».
Le Granbordenuy n’était pas pris en compte dans l’établissement du classement du Grand Prix de Morges, l’une des manches du M2 Speed Tour auquel participent 12 de ces multicoques particulièrement performants. A l’issue de 11 régates, Granbordenuy non compris, la victoire est allée au « DCM » mené par Christophe Péclard. « Valruz
Création » se classe 6e. « Nous avons écopé d’une disqualification pour départ anticipé lors de la 9e régate, déplorait Yannick Preitner. Nous avons bénéficié de belles conditions et avons fait de jolies choses. Les résultats sont très serrés. La moindre erreur se paie cash ! »

G.H.